Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La plate forme syndicale revendicative met l’Etat en garde

Au cours de la conférence de presse organisée ce samedi 20 janvier 2018, la plateforme syndicale des travailleurs du Tchad se dit mecontent de la volonté du gouvernement à prendre des décisions antisociales. Elle menace d’entreprendre des actions fortes s’il touche à ses acquis.

 La loi des finances 2018 augmentant l’impôt sur le revenu des personnes physiques (Irpp) et la taxe sur les produits de première nécessité suscité de la contestation de la part des travailleurs. Selon Barka Michel, porte-parole de la plate forme revendicative des travailleurs, le gouvernement s’acharne sur les travailleurs en cherchant par tous les moyens possibles à les plonger dans la misère.

« Nous ne sommes contre la volonté du gouvernement de redresser l’économie de notre pays mais nous sommes contre cette manie de faire payer les travailleurs le prix de la mauvaise gouvernance », précise-t-il. Selon lui, le gouvernement peut s’attaquer aux réels problèmes qui empêchent à l’économie de décoller. « Si le gouvernement veux réellement sortir le pays de cette ornière, qu’il mette non seulement fin aux locations des immeubles qui abritent les institutions et aux exonérations abusives accordées à certaines entreprises mais qu’il reprenne en mains les recettes administratives, les organismes qui sont entre les mains des proches du pouvoir et accélère l’audit de la solde pour déceler les malfrats qui gagnent plusieurs salaires et enfin rapatrier les fonds qui sont dans les paradis fiscaux », annonce-t-il…

La plateforme met le gouvernement en garde contre toute tentative visant à abattre le salaire des fonctionnaires. « Nous appelons tous les fonctionnaires mais aussi les citoyens à se mobiliser pour conserver ce qu’ils ont acquis par la lutte. Nous devrions tous ensemble lutter contre cette mauvaise gouvernance caractérisée par la mauvaise gestion, le pillage de ressources de l’Etat, le népotisme, le clanisme et mettre en garde le gouvernement contre tout acte  de nature à diminuer le salaire du travailleur pour aggraver la situation sociale », martèle-t-il.

Miguerta Djiraingué