35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
A la Une de votre hebdomadaire à paraitre ce jeudi 07 décembre 2017 en matinée
Les maitres communautaires revendiquent leurs subsides
La France vole au secours de la région du Lac Tchad
Les avocats des victimes de la tuerie de Pont Carol réclament justice
Le synagt revendique les arriérés de salaires des agents de Copgard

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les avocats des victimes de la tuerie de Pont Carol réclament justice

Le collectif des avocats des victimes du carnage de Pont Carol a organisé une conférence de presse ce mercredi 6 décembre 2017 à la Maison de médias Tchad pour éclairer du public sur les circonstances de cet événement qui a causé une dizaine de morts.

Les faits remontent au 27 novembre 2017. Alors qu’il assurait l’intérim suite à la suspension du maire titulaire de la commune de Pont Carol, le secrétaire général de la commune, Danamou Boissou a vendu un terrain du domaine public à un commerçant. Ce dernier, commence les travaux de construction sur le terrain. C’est alors que quelques jeunes d’une association locale se sont opposés aux travaux et demandent la libération du président de leur association et du maire suspendu par le sous préfet.

Les forces de l’ordre interviennent et tirent à bout portant surs ces jeunes occasionnant 11 morts. 23 jeunes de Pont-Carol sont aussi arrêtés.

Les avocats exigent l’annulation pure et simple de la procédure engagée contre les 23 jeunes en détention. « La procédure en cours viole les dispositions de l’article 50 et suivants du nouveau Code de procédure pénale. En plus, cette situation nécessite l’ouverture d’une enquête impartiale, des poursuites contre les commanditaires et complices de ‘’cette tuerie barbare’’ doivent être engagées », précise Me Nodjitoloum Salomon.

Le collectif dénonce l’impunité dont bénéficient le sous préfet et le maire intérimaire de Pont Carol qu’il estiment être impliqués dans ces crimes mais protégés par le gouverneur. «Le maire et le sous préfets sont  libres de leur mouvement et vaquent normalement à leurs occupations, narguant ainsi les parents des victimes qui n’ont pas encore fini de faire leurs deuils », ajoute Me Djedanem Mbaissain, l’un des conseils des victimes.

Ils demandent aux autorités de faire cesser toutes les menaces contre les avocats des victimes, les associations et les témoins pour leur permettre de travailler dans la légalité pour la manifestation de la vérité.

Guidjindandi Djono

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

De la violence des propos sur les réseaux sociaux

Au cours de sa prise de parole le 28 novembre 2017 à l’occasion de la journée nationale pour la paix et la concorde, le chef de l’Etat s’est inquiété, une nouvelle fois sur la violence, le langage de haine que s’échangent ses compatriotes sur les réseaux sociaux notamment facebook.

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabé