35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
Saleh Kebzabo du côté de la société civile
L’Undr s’insurge contre les répressions
Le personnel soignant formé en soins orthopédiques
A la Une de votre Hebdomadaire numéro 077 à paraître ce jeudi 22 février 2018 en matinée
L’accord avec Glencore ne changera rien aux mesures d’austérité

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Gret outille ses stagiaires sur la notion de délits de presse

Depuis quelques semaines, le groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret) forme une trentaine de journalistes sur les techniques de collecte et de rédaction des articles.

Ce samedi 29 juillet à la maison des médias du Tchad, Me Békoutou Adolphe a échangé avec les stagiaires du Gret sur les délits de presse et les convocations téléphoniques.    

Dans le cadre de la deuxième session de formation lancée par Gret, les stagiaires ont échangé sur les délits de la presse. Pour Me  Békoutou Adolphe, parmi les délits de presse, la diffamation revient souvent devant les juridictions. Face aux lecteurs qui privilégient la voie contentieuse au détriment de la possibilité du droit de réponse,  il interpelle les responsables des médias à plus de vigilance face à l’ambigüité de l’article 51 relatif à la diffamation. «Le législateur tchadien n’a pas précisé les critères objectifs de la diffamation. La diffamation est définie comme toute imputation d’un fait précis qui est de nature à porter atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un corps constitué», relève-t-il. Au vu de cette définition, Me  Békoutou Adolphe affirme que seule la victime est habilitée à qualifier l’article l’incriminé de diffamatoire.

En ce qui concerne les convocations téléphoniques des responsables des médias par la police judiciaire, Me  Békoutou Adolphe exhorte les responsables des médias à ne pas répondre à ces genres. « Aucun texte national ne reconnait une convocation à travers les téléphones. Cela relève d’un abus de l’arbitrage et d’un abus de pouvoir », précise-t-il.

Stanyslas Asnan

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

Pahimi n’est pas le problème

La crise sociale vient d’entrer dans la troisième semaine. Trois semaines sans écoles et bientôt une semaine que les hôpitaux publics sont sans service minimum. Dans un élan de compassion, le personnel sanitaire, qui a au passage rejeté les réquisitions opérées par le ministère de tutelle, autorisé à certains médecins de services névralgiques comme les dyalises, les antirétroviraux à assurer le fonctionnement de leurs services dont dépendent des vies.

AVIS DE RECRUTEMENT

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabé