35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
A la Une de notre n°57 paru ce jeudi en fin de journée
Déby et Al-sisi déterminés pour combattre le terrorisme en Afrique
Le Japon et le Pam viennent en aide du Tchad
Tigo à la rencontre de la presse tchadienne
Plaidoyer en faveur de la protection de l’enfance

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Revue de presse de la semaine du 17 au 24 juillet 2017

« Laoukein dans l’œil du cyclone », titre à sa Une N’Djamena Bi-Hebdo. « La machine mise en marche par le parti au pouvoir, pour anéantir celui qu’il convient d’appeler désormais l’ex maire de la ville de Moundou, poursuit son bonhomme de chemin.

Dans l’après-midi du 13 juillet 2017, Laoukein Kourayo Médard, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été arrêté et gardé à la police judiciaire au commissariat central de la ville. Mais avant d’y parvenir, une armada composée des forces mixtes a été déployée au domicile de l’ex maire et ses environs. Les éléments, tels en mission commandée, ont tiré des balles, comme s’ils venaient en guerre contre une rébellion armée», indique N’Djamena Bi-Hebdo. « Moundou : Laoukein victime d’une machination politique ? », s’interroge L’Observateur. « Démis de ses fonctions le 28 juin dernier, l’ancien maire de Moundou, Laoukein Kourayo Médard a été arrêté puis présenté devant le Procureur Général de la ville de Moundou avant d’être déféré à la maison d’Arrêt de ladite ville ce lundi 17 juillet 2017. Mais que cherche-t-on réellement à cet opposant, arrivé troisième à la dernière élection présidentielle ?», se demande toujours notre confrère.  « Destitution et arrestation de Laoukein Médard : Moundou assise sur un volcan », alerte Abba Garde. « Destitué de sa fonction de maire de la ville de Moundou par les conseillers municipaux le 28 juin 2017, Laoukein Kourayo Médard a été arrêté sans mandat le 13 juillet dernier. Son arrestation a eu un retentissement dans toute la ville de Moundou et au-delà. Le 17 juillet, une information judiciaire a été ouverte et il a été placé sous mandat de dépôt», note Abba Garde. « Laoukein Kourayo Médard : ainsi commencent ses ennuis judiciaires », indique Le Visionnaire. « Démis de ses fonctions de maire de Moundou il y a quelques jours, le président de la Convention tchadienne pour la paix et le développement (Ctpd), Laoukein Médard a été mis aux arrêts par la police sous haute tension », rapporte Le Visionnaire. « Arrestation de Laoukein Médard : quand les voleurs crient ‘’oh voleur’’ !», s’exclame Le Potentiel. « Il ne faut pas vendre la peau de Laoukein avant de l’avoir tué. C’est pourquoi une cabale a été montée ex nihilo pour noyer le lion de Moundou. Des voleurs patentés sont les auteurs de cette excommunion communale », informe Le Potentiel. « Ce qui devrait arriver arriva : Laoukein Médard est arrêté », poursuit Le Citoyen. « Au début de la semaine passée, Laoukein Médard, ex-maire de la commune de Moundou, une mégapole du sud du Tchad, ancien ministre et candidat malheureux à la présidentielle d’avril 2016, est arrêté et gardé à vue au commissariat central. Avant même que les motifs de son arrestation soient rendus publics, la ville de Moundou brûle d’impatience. Au Tchad et ailleurs, des langues se sont déliées pour dénoncer ce scénario inouï pour les uns mais un événement pour d’autres », conclut Le Citoyen.

« Réforme des institutions : une blague de mauvais goût », mentionne Abba Garde. « Depuis quelques jours, des rencontres de consultations sont organisées avec différentes cibles à N’Djamena et dans les provinces par le Haut Comité des Réformes Institutionnelles épaulé par le Comité Technique Interministériel d’Appui en vue de l’organisation d’un forum sur les réformes des institutions. Mais l’opposition radicale et une partie de la société civile boudent cette farce», tonne Abba Garde. « Processus de réformes des institutions de la République : vers une succession de souverains au Tchad », renchérit Le Citoyen. « Début juillet, le Comité technique chargé de la consultation et de la concertation avec les forces vives s’activent à N’Djamena et dans les provinces pour rassembler les données en vue des réformes institutionnelles, un ‘’des chantiers du chef de l’Etat pour renforcer la démocratie et pérenniser les acquis de l’Unité et de stabilité’’. Mais engager un processus de réformes des institutions de la République dans un contexte de misère, n’est pas favorable pour obtenir des statistiques fiables», se soucie Le Citoyen. « Je m’inscris totalement en faux », dixit Abdoulaye Sabre Fadoul dans l’interview dans les colonnes de Le Visionnaire. « Le ministre secrétaire général du gouvernement a accordé une interview exclusive aux journaux N'Djamena bi-hebdo et votre hebdomadaire Le Visionnaire. L’entretien a porté essentiellement sur les questions du processus des réformes des institutions de l’Etat en cours et les mesures d’austérité prises par le gouvernement. En sa qualité de président du Comité technique de ces réformes, Abdoulaye Sabre Fadoul apporte un éclairage sur le processus en cours et tire le bilan sommaire des retombées des 16 mesures», relève Le Visionnaire. Pour l’éditorialiste de N’Djamena Bi-Hebdo, « c’est ainsi qu’on pourrait scénariser la ‘’comédie politique’’ qui se joue à travers le fameux processus de réformes institutionnelles. Au sein des instances de cette réforme, aucune réflexion objective et approfondie n’a été menée, ni même un vrai débat sur le forme de l’Etat et le système politique ».

« Dialogue plateforme syndicale et gouvernement : un cul-de-sac!», s’exclame L’Observateur. « Bluffée plusieurs fois à casser ses nombreux mouvements de grèves, la plateforme syndicale vient de se réveiller brutalement de son lit de dupe. Tel que se présente la situation, il est fort probable que le pays ne retombe dans le cycle infernal de grèves», indique L’Observateur. « La plateforme claque la porte au comité technique tripartite», rapporte N’Djamena Bi-Hebdo. « La mauvaise foi du gouvernement force la plateforme syndicale (Ust, Cist et Synecs) à suspendre sa participation au sein du comité technique tripartite, cadre des négociations en vue d’instaurer une paix sociale durale au Tchad», remarque N’Djamena Bi-Hebdo. « Retrait des syndicats du dialogue social : le spectre de la grève plane à nouveau », prévient Abba Garde. « Le 11 juillet 2017, la plateforme syndicale revendicative, composée du trio Ust-Cist-Synecs, a annoncé sa suspension de la participation aux travaux du Comité technique tripartite de dialogue social. Une décision qui fait circuler les rumeurs de la reprise de la grève », conclut Abba Garde.

«Publication littéraire : La plume de la pionnière Bintou Malloum», annonce Le Visionnaire. « L’ambassadrice du Tchad et femme politique, Bintou Malloum vient de publier son 1er ouvrage : ‘’Le destin d’une pionnière’’. Un récit autobiographique de 121 pages paru aux éditions Sao. C’est la touche féerique d’une femme battante que malgré les étapes difficiles de sa vie a toujours voulu que son pays soit au rang de l’excellence sur toute la ligne », analyse Le Visionnaire. « Le parcours d’une pionnière », poursuit N’Djamena Bi-Hebdo. «L’ambassadrice Bintou Malloum a présenté une œuvre autobiographique de 121 pages intitulée ‘’le destin d’une pionnière’’, éditée aux éditions Sao, le 12 juillet 2017 au centre national pour la recherche et le développement (cnrd) », informe N’Djamena Bi-Hebdo. « Bintou Malloum : miroir d’une vie bien remplie », remarque L’Observateur. « Diplomate et femme politique tchadienne, connue de tous, Mme Bintou Malloum vient de publier aux éditions Sao, son tout premier livre intitulé : ‘’le destin d’une pionnière’’ », à lire dans les colonnes de L’Observateur.

 

Doumtardome L et M. Koularambaye

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

Laissez Pahimi tranquille!

Ainsi, Abdérahim Younous, ministre de l’élevage et des productions animales est le deuxième membre du gouvernement à avoir été déchargé dix-neuf jours après le remaniement du 25 juillet 2017. Sa faute (Lire en indiscret), le manque de diligence dans le suivi de ses dossiers. Quelques jours avant, c’est son collègue de l’Environnement, Brah Mahamat qui a été viré pour les mêmes raisons.

 

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabe