35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
Adama lance « rafigue »
Le personnel de l’hôpital de la renaissance renouvelle sa grève
Keleou Bombaye Laoumbaye lance le parti Adpd
Prince Duna annonce son temps
Abel de retour sur sa terre natale

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les victimes de la répression de Hissein Habré réclament réparation

Les victimes de la répression de Hissein Habré ont animé ce samedi 25 mars 2017 un point de presse au sein de leur association située à chagoua dans le 7ème  arrondissement pour célébrer le 2e anniversaire de la condamnation des agents de la D.D.S par la cour criminelle spéciale.

Tôt ce matin, la cour de l’Association des Victimes de Crimes du Régime de Hissein Habré (A.V.C.R.H.H) est remplie de monde. Hommes, femmes et jeunes, ont tous un air triste. Deux ans après condamnation des responsables de la D.D.S par la cour criminelle spéciale, les victimes ne comprennent pas pourquoi les termes de ce verdict ne sont pas appliqués. « Nous sommes surpris de constater que la commission chargée d’exécuter les décisions de l’arrêt du 25 mars n’est pas mis sur pied par le Premier Ministre, l’édification d’un monument sur le site de Hamral-goz en la mémoire des victimes de la répression de Habré dans un délai n’excédant pas un an n’est pas réalisé, le siège de l’ancienne D.D.S n’est pas transformé en musée et le versement des 75 milliards qui devait être supporté à part égale par les accusés et l’Etat tchadien n’a pas eu début d’exécution », précise le président intérimaire Noyoma Kovounsouna Jean. « Nous sommes ahuris de constater également la libération discrète des certains condamnés tels que Oumar Souni Chaha et Saleh Younous qui aurait célébré un mariage à Moussoro », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs demandé au gouvernement l’exécution des termes de la décision du 25 mars 2015 et l’interpelle afin que ces condamnés puissent purger leurs peines. Les victimes ont bloqué brièvement l’avenue Jacques Nadingar qui passe devant le siège de leur association. On peut lire sur les plancardes, « Le Tchad est-il vraiment un pays de justice ? Où sont les 75 milliards en faveur des victimes ?nous voulons l’exécution de tous les termes de cette décision ».

Stanyslas Asnan

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

N’oublions pas la Libye de chez nous

Le marché d’esclaves en Libye révélé par la chaine américaine CNN secoue le monde. L’histoire de l’esclavage en Afrique bégaie. Une pratique d’un autre âge, un commerce abject, une horreur inimaginable, une situation humiliante et inacceptable

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabe