35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
A la Une de notre numéro 76 à paraître ce jeudi
Le HCR présente les résultats de l’étude causale de la malnutrition
Le sort des manifestants est scellé
La société civile appelle à une journée sans téléphone
Le Cicr lance une campagne de vaccination du bétail au Lac Tchad

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Après l’international, une mobilisation interne pour libérer Babouri

Le Comité d’action en faveur de Mayadine Mahamat Babouri a animé une conférence de presse ce vendredi 12 janvier 2018 à la Maison des médias du Tchad  pour étudier les procédures de sa libération.

Arrêté depuis le 30 septembre 2016 en pleine rue à N’Djamena par des inconnus enturbannés pour avoir posté une vidéo dénonçant la malgouvernance du régime en place, Mayadine Babouri croupi à la maison d’arrêt de Moussoro dans le Bah El Gazal après avoir passé un séjour à Koro-Toro, Amsinéné et autres prisons secrètes sans être jugé. Dans la vidéo incriminée, postée sur les réseaux sociaux, Babouri a dénoncé la prévarication, le népotisme, le vol à ciel ouvert des deniers de l’Etat par un groupuscule d’hommes autour du clan au pouvoir, etc. qui caractérisent le régime de Déby.

 

Babouri a été inculpé le 10 octobre 2016 pour atteinte à l’ordre constitutionnelle, à l’intégrité territoriale et d’intelligence avec un mouvement insurrectionnel. Pour Jean Bosco Manga, l’un des conférenciers et porte-parole de la coalition, l’arrestation de Babouri et sa détention ne répondent à aucune procédure judiciaire. « Depuis son arrestation, l’audition au fond de Mayadine Mahamat Boubari par le juge d’instruction n’a jamais eu lieu. Amené de force et détenu dans un lieu inconnu pendant quelques mois puis déporté à Koro-toro, la prison-mouroir du régime, réservé aux criminels et autres citoyens condamnés à une mort certaine, le prisonnier du système Déby Itno sera ramené à Moussoro après que sa santé se soit sérieusement dégradée », informe Jean Bosco. Il poursuit que Babouri a été séquestré, torturé en prison, et tous ces traitements inhumains et  dégradants subis depuis le début de sa détention ont rendu sa santé précaire. 

« Cette histoire est un terrorisme judiciaire institutionnalisée au-dessus de toute logique normale puisqu’aucun juge ne peut aujourd’hui se permettre de réagir pour faire respecter la loi. Les individus étant plus puissants que l’institution judiciaire, seuls les citoyens dans leur ensemble peuvent faire bouger les lignes », appelle-t-il. Pour  cet activiste des droits humains, c’est une obligation pour tout tchadien épris de paix d’agir face à cette dérive judiciaire.  « Nous estimons qu’il est anormal  de baisser les bras face à cette situation d’injustice flagrante et pensons qu’il est de notre devoir de mobiliser à l’intérieur comme à l’extérieur, toutes les énergies pour obtenir la libération sans condition de Boubari », a-t-il conclut.

 

Guidjindandi Djono 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

Pahimi n’est pas le problème

La crise sociale vient d’entrer dans la troisième semaine. Trois semaines sans écoles et bientôt une semaine que les hôpitaux publics sont sans service minimum. Dans un élan de compassion, le personnel sanitaire, qui a au passage rejeté les réquisitions opérées par le ministère de tutelle, autorisé à certains médecins de services névralgiques comme les dyalises, les antirétroviraux à assurer le fonctionnement de leurs services dont dépendent des vies.

AVIS DE RECRUTEMENT

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabé