35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
A la Une de notre numéro 76 à paraître ce jeudi
Le HCR présente les résultats de l’étude causale de la malnutrition
Le sort des manifestants est scellé
La société civile appelle à une journée sans téléphone
Le Cicr lance une campagne de vaccination du bétail au Lac Tchad

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

« Que Baba Ladé soit ramené à N’Djamena », dixit son conseil

Le collectif des avocats de Mahamat Abdoulkader Oumar alias Baba Ladé composé de Me Alain Kagonbé, Me Olivier Allageurbaye et Me Jean Sirina, a fait une communication à la presse ce vendredi 21 juillet 2017 à la maison des médias du Tchad.

« Mahamat Abdoulkader Oumar alias Baba Ladé était en vexation avec le régime en place entre les années 2002-2012 où il est rentré après un accord politique international impliquant plusieurs médiateurs et arbitres sur le plan international », raconte l’un des ses avocats Me Jean Sirina. Suite à cet accord, l’homme rentre et occupe plusieurs fonctions. Malheureusement déplore Me Jean Sirina, en décembre 2014, il a été assiégé dans sa résidence de la préfecture de la Grande Sido par les éléments fortement armés exigeant de le ramener manu militari à N’Djamena à la demande des plus hautes autorités. C’est ainsi que Baba Ladé s’est refugié à Bangui et s’est rendu aux éléments de la Minusca.

« Dans ce pays, il a été appréhendé dans la nuit du 08 décembre 2014, dans la localité de Kabo et déposé à Bangui par les soins de la Minusca le 14 décembre 2014. Il a été gardé à vue à la police judicaire et poursuivi pour crime de guerre, crime contre l’humanité, assassinat, rébellion, incendie volontaire des maisons et habitations, importations et détentions illégales d’armes à feu et munitions de guerre, vol, faits prévus et punis par les articles 161, 162, 163, 240,105, 106, 335, 336 du code pénal tchadien et 5, 6 et 11 de l’ordonnance n°26/PG.INT du 28 octobre 1968 », souligne Me Jean Sirina. De ce fait, « Une information judiciaire a été ouverte. C’est ainsi que le 1er cabinet d’instruction du Tribunal de Grande Instance de N’Djamena l’inculpe du chef des infractions ci-haut citées. Contrairement à certaines thèses qui défraient les chroniques, notre client n’a jamais fait l’objet d’une quelconque condamnation pouvant le conduire à Koro Toro pour purger une quelconque peine d’emprisonnement », informe l’Avocat.

Pour les Avocats, Baba Ladé est inculpé et une série d’infractions lui sont reprochées. Il n’a jamais été condamné. A ce titre, il reste tout de même présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. « Nous dénonçons l’arrestation et la déportation de Baba Ladé à Koro Toro. Nous interpellons les plus hautes autorités et la justice à le ramener à N’Djamena afin qu’il soit jugé. Koro Toro est un centre où on doit purger les peines et non un centre pour garder à vue un citoyen qui bénéficie de la présomption d’innocence », martèle Me Alain Kagonbé. « L’arrestation de Baba Ladé est une brimade », commente l’Avocat avant de signifier que son client a une santé fébrile qui nécessite un suivi par un médecin spécialisé. Pour ce faire, « Nous avons peur de sa santé et de sa sécurité. Par conséquent, il doit être ramené à N’Djamena », conclut-il.

Asnan Non-Doum Saturnin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

Pahimi n’est pas le problème

La crise sociale vient d’entrer dans la troisième semaine. Trois semaines sans écoles et bientôt une semaine que les hôpitaux publics sont sans service minimum. Dans un élan de compassion, le personnel sanitaire, qui a au passage rejeté les réquisitions opérées par le ministère de tutelle, autorisé à certains médecins de services névralgiques comme les dyalises, les antirétroviraux à assurer le fonctionnement de leurs services dont dépendent des vies.

AVIS DE RECRUTEMENT

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabé