35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
A la Une de notre numéro 76 à paraître ce jeudi
Le HCR présente les résultats de l’étude causale de la malnutrition
Le sort des manifestants est scellé
La société civile appelle à une journée sans téléphone
Le Cicr lance une campagne de vaccination du bétail au Lac Tchad

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’Atedi va en guerre contre les sévices corporels en milieu scolaire

L’agence tchadienne pour l’éducation et le développement intégré (Atedi) sillonne depuis 4 novembre dernier quelques établissements d’enseignements primaires de N’Djamena pour sensibiliser les enseignants en vue d’éradiquer les sévices corporels et moraux.

Une campagne qui vient en appui à l’article 113 de la loi n°016/PR/06 portant orientation du système éducatif, éradiquant la violence sous toutes ses formes dans le milieu scolaire.

Depuis quelques années, le gouvernement a pris la mesure pour éradiquer les sévices dans le milieu scolaire. Malheureusement, un grand nombre d’enseignants foule au pied.  Selon le coordonnateur de l’Atedi Allasra Merci, dans certaines écoles à confession religieuse, les enseignants continuent à infliger allègrement des  corrections aux apprenants. « Dans certains établissements scolaires confessionnels, les enseignants font de la chicotte un outil de dissuasion et fonctionnent selon le bon vouloir des moniteurs », précise-t-il.

Pour lui, il est important de faire la vulgarisation de ce texte en vue d’amener les enseignants à prendre conscience sur le danger que représente la chicotte dans le milieu scolaire. « Nous avons à travers cette campagne faire des affiches de l’article 113 dans les écoles mais aussi organiser des conférences débats et des émissions pour amener les gens à laisser cette habitude qui n’arrange personne », ajoute-t-il.

Une loi que certains enseignants ne trouvent pas son utilité mais acceptent de même de l’appliquer au bout d’un débat houleux.  « À notre époque, c’est avec des tiges de tamarinier qu’on nous infligeait les sévices corporels ou de fameux ’’serpents noirs ‘’ taillés à partir de la croix de transmission des engins à moteurs », témoigne un maître avant d’ajouter : « Nous n’avons pas un autre choix que de nous en conformer ».

Selon le coordonnateur d’Atedi, cette campagne de sensibilisation doit se poursuivre dans plusieurs villes du pays afin de  vulgariser  ce texte.

Abgue Boukar Christophe

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

Pahimi n’est pas le problème

La crise sociale vient d’entrer dans la troisième semaine. Trois semaines sans écoles et bientôt une semaine que les hôpitaux publics sont sans service minimum. Dans un élan de compassion, le personnel sanitaire, qui a au passage rejeté les réquisitions opérées par le ministère de tutelle, autorisé à certains médecins de services névralgiques comme les dyalises, les antirétroviraux à assurer le fonctionnement de leurs services dont dépendent des vies.

AVIS DE RECRUTEMENT

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabé