35,10,0,50,1
1,600,60,0,3000,5000,25,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,2,1,1,2,46,15,5,0,1,1,12,0,1
Adama lance « rafigue »
Le personnel de l’hôpital de la renaissance renouvelle sa grève
Keleou Bombaye Laoumbaye lance le parti Adpd
Prince Duna annonce son temps
Abel de retour sur sa terre natale

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Béral rappelle les députés à leur mission

« Le pas laid de la démocratie », est le titre du nouveau livre de Béral Mbaïkoubou sous-titré : « comment la culture moutonnière du parlement tchadien abîme la République ». Ce nouvel essai de 144 pages, divisé en 4 chapitres est publié aux éditions Sao (Tchad) en mars 2016.

Par sa plume, l’écrivain, artiste chansonnier, s’en prend véhément à ses collègues élus du peuple, il conçoit qu’ils ont détourné le parlement du Tchad de sa noble mission de représentant de la Nation. Dès qu’on jette un regard cursif dans les premières pages du livre, notamment dans le 1er chapitre, on se rend compte qu’il existe deux catégories d’élus du peuple. La première est constituée des incompétents frappés d’un « réel et sincère handicap intellectuel », sans la plus basique des capacités à réfléchir. Quand ceux-ci prennent la parole à l’hémicycle, ils délirent, ils n’arrivent pas à se faire comprendre et n’attendent que le vote mécanique. La seconde, c’est celle des intellectuels hypocrites, des élus dénués de tout sens patriotique qui se moquent éperdument du peuple qui les a élus. Il s’agit de ceux ou celles qui comprennent tout à tous les sujets, saisissent parfaitement les enjeux de chaque question en débats mais dont le cynisme l’emporte sur le bon sens. « Dès lors, comment comprendre qu’un député mature, intellectuel aguerri, doué de conscience, puisse critiquer en règle et avec véhémence un texte de loi pour conclure en déclarant qu’il voterait pour le même texte auquel il ne trouve absolument rien de positif. Et cela, avec la seule adresse qu’il appartient au camp de la majorité parlementaire », lit-on à la page 15.

L’auteur conclut que, quoi qu’il soit, « dans cette marche vers un suicide collectif où chaque institution de l’Etat joue sa maléfique partition, ceux et celles qui animent l’institution parlementaire se doivent de s’astreindre à un profond et sincère examen de conscience pour enfin s’interroger : pourquoi, diable, sommes-nous devenus parlementaires ». La présentation dudit livre aura lieu le samedi 21 janvier 2017 au cefod.

Guidjindandi Djono

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)
    Journée portes ouvertes (Salon Nationale du Coton)

     

  • Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
    Les ABCD du Leadership de Dr Succes Masra
  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     


  • La Flamme du Tchad
    La Flamme du Tchad

     

     COMMUNIQUE

N’oublions pas la Libye de chez nous

Le marché d’esclaves en Libye révélé par la chaine américaine CNN secoue le monde. L’histoire de l’esclavage en Afrique bégaie. Une pratique d’un autre âge, un commerce abject, une horreur inimaginable, une situation humiliante et inacceptable

LE REGARD DE DJAM'S

ACCES AU WEBMAIL

NEWSLETTER

Youtube Gallery Module

Video list or Theme not selected

Copyright © Le Pays, Journal d'informations et d'analyses
Une Publication de la Société d'Edition, de Communication et Conseil (SECC)
Siège: Avenue Mathias Ngarteri - axe CA7, BP: 4306, Tél: +23566297954, Email: contact@lepaystchad.com
Designed by Djasrabe